Melancholia (A Ernest Boutier) - Résignation


Tout enfant, j'allais rêvant Ko-Hinnor,
Somptuosité persane et papale
Héliogabale et Sardanapale !

Mon désir créait sous des toits en or,
Parmi les parfums, au son des musiques,
Des harems sans fin, paradis physiques !

Aujourd'hui, plus calme et non moins ardent,
Mais sachant la vie et qu'il faut qu'on plie,
J'ai dû refréner ma belle folie,
Sans me résigner par trop cependant.

Soit ! le grandiose échappe à ma dent,
Mais, fi de l'aimable et fi de la lie !
Et je hais toujours la femme jolie,
La rime assonante et l'ami prudent.





Poèmes
d'amour

Partager sur twitter

Liens poésie - Liens amis - Liens référencment - Les annuaires partenaires

Site optimisé pour ie5.0 en résolution 1024 * 768 - (c) 2004-2012 poeme-amour.org

Melancholia (A Ernest Boutier) - Résignation - Paul Verlaine